fr | en

Le travail de Ron Haselden, tout comme celui de John Timberlake, manifeste certains aspects de leur relation particulière au paysage. Pour l’un comme pour l’autre, le paysage et la topographie sont des constructions du temps autant que de l’espace. Ils pensent le paysage comme relevant d’une conscience aigue du temps humain – celui de l’artiste, de celui qui voit – ainsi que des temps géologiques et astronomiques, abyssaux, à l’échelle de la planète Terre.

Vu sous cet angle, un paysage se lit comme un palimpseste de rythmes et de cycles de vie longs ou brefs, une superposition des formes ou des processus géologiques, et des perceptions humaines, par nature mouvantes.

Peut-être doit-on appliquer ici la célèbre proposition  de W. J. T. Mitchell* de classer le terme paysage non plus parmi les substantifs, mais parmi les verbes : le paysage implique effectivement diverses actions dans l’espace et le temps de la part des artistes (au cours de leurs déplacements dans des lieux réels ou virtuels) – actions révélatrices de la façon dont ce lieu les affecte.

Et ce, du point de vue du temps tout autant que de l’espace, grand ou petit,  car la pratique de ces deux artistes se propose d’explorer le macro et le microcosme, dans un effet de zoom avant et arrière. Ces deux pratiques comportent une part de ce que nous pourrions définir comme « l’ocularité » – sachant que l’oculariste est celui qui fabrique des yeux artificiels. Or les démarches de Ron Haselden et de John Timberlake, chacune à sa façon, ont l’une et l’autre pour origine un regard porté sur le paysage à travers un œil artificiel : celui de l’objectif photographique ou celui d’Internet.

*W. J. T. Mitchell, Landscape and Power – (1994).

 


Ron Haselden - Sorties. Isle of Ouessant Series. Finistère

 

John Timberlake - Google Paintings 2007 – 2009 (total of 20 oil sketches on paper of locales in the news with Google Earth coordinates – 15 shown here installed as part of Beyond the Picturesque, SMAK, Ghent, April 2009)