fr | en

Paysages conçus pour les drones - et autres séquences

Exposition personnelle de John Timberlake

Cette exposition rassemble de nouvelles peintures de paysage de John Timberlake, artiste basé à Londres.

Ce nouvel ensemble d’œuvres, présenté pour la première fois, élargit sa problématique de la représentation du paysage. L'utilisation de la séquence lui permet d'approfondir sa conception du paysage en tant que construction d'un "espace temps".

Vues de l'exposition :



Paysages conçus pour les drones a été créé par l’artiste comme une réponse à des esquisses du XIXème siècle, peintes à l’huile et trouvées dans des musées et des galeries. Réalisées à l’huile et au crayon sur des papiers soigneusement préparés, cette nouvelle séquence représente des terrains parcellisés et traversés par les lignes de couleur vive aussi bien qu’insidieuses, des radars GPS. Elle rend ainsi obsolète la représentation traditionnelle du paysage, à une époque où le paysage, comme tout le reste, est soumis à la volonté toute puissante de la surveillance militaro-industrielle.

Deux autres séquences, sur toile, proviennent de réflexions sur les différentes modalités du temps, à la fois implicites et explicites, au sein du paysage.
Le triptyque Après Jaffe (huile sur toile, 2013), donne une interprétation d’un petit dessin non daté d’un projet non réalisé de l’architecte américain Norman Jaffe (1932-1993). Le triptyque représente un édifice qui aurait été construit par un autre architecte dans un style dérivé de celui de Jaffe. Dans la séquence imaginée par Timberlake, le bâtiment est aujourd’hui isolé, quelque peu délabré, et sans doute abandonné. Il porte les stigmates d’un temps indéterminé et sa surface est marquée par le passage de petits événements.


Après Jaffe
triptyque - 2013
peinture à l'huile sur toile - 45x60cm

Dans un contraste dialectique avec ce « flux » d’événements, la séquence Faux Souvenir Répétitif , représente le flottement du souvenir lui-même. Ici Timberlake explore l’espace intemporel de son propre inconscient, s’efforçant de représenter une idée fixe à la fois récurrente et fluctuante, réapparue sous différentes formes pendant plusieurs mois, dans un ensemble de quatre toiles, extrêmement travaillées. L’œuvre unique qui en résulte n’est pas une image définitive, mais plutôt une collection, sans ordre précis, chaque partie interrogeant ou confirmant la possible véracité des autres, sans possibilité de réponse.


Faux souvenir répétitif

quadriptyque - 2013
peinture à l'huile sur toile - 45x60cm

Dossier de presse de l'exposition : cliquez ici...


Paysage conçu pour les drones 3
huile et crayon sur papier
82X109X3cm encadré
2013